images description

Missions

L'Union nationale des industries de l’Ameublement français, syndicat professionnel créé en 1960, est l’organisation représentative des industries de l’ameublement et de l’aménagement des espaces de vie.

 

L’Ameublement français est l’organisation représentative de l’industrie de l’ameublement en France. 

Unifa - Union des industries de l'Ameublement français

L’Ameublement français représente les intérêts des industriels sur le plan social et de la formation :
 
L’Ameublement français, unique représentant des entreprises de la fabrication de l’ameublement de plus de 11 salariés, engage la profession avec les partenaires sociaux sur les sujets de la formation et de la convention collective de l’ameublement. C’est elle qui développe, avec ses centres de formation, les contrats de qualification professionnelle. La collecte de la taxe d'apprentissage a été déléguée à l'OPCA 3+.

Dès la fin de l’année 2014, le Président de l’Ameublement français et son Conseil d’administration, attachés à la formation professionnelle dans les entreprises, ont décidé de réinvestir le champ social de la branche par les entreprises et de lancer une nouvelle politique sociale plus engagée.

Consultez la liste des adhérents dans l'annuaire

 

L’Ameublement français adhère à plusieurs instances nationales :

L'Ameublement français adhère à l'Alliance Industrie du Futur, au Climo (Comité de Liaison des Industries de Main d’Œuvre), à FBIE (France Bois Industries Entreprises), à France Industrie (union du Cercle de l’Industrie et du Groupe des Fédérations Industrielles) et au Medef. L’Ameublement français fait entendre sa voix dans les différentes commissions dans lesquelles elle siège aux côtés d’autres industries, sur les sujets de la compétitivité, des compétences, de la politique sociale, de l'environnement, de l’innovation et de l’international.
 

          
L’Ameublement français adhère à une fédération européenne : l’EFIC (European Furniture Industries Confederation)

Cette représentation est incontournable, car de plus en plus de décisions prises au sein de l’Union Européenne impactent au quotidien l’activité des adhérents de l’Ameublement français. 

Par ailleurs, les échanges et prises de position communes avec les autres syndicats de cette fédération enrichissent l’approche des problématiques nationales sur des sujets comme l’économie circulaire, le formaldéhyde, les retardateurs de flammes, le dialogue social,…

 

Un lobbying à la fois préventif grâce à la veille réglementaire et parlementaire, mais également un lobbying offensif et militant :

Placée au centre de ses missions, la défense des adhérents est un défi quotidien pour l’Ameublement français. Le lobbying s’appuie à la fois sur le réseau de l’Ameublement français au niveau national et européen mais aussi sur les compétences de ses experts internes. Le rôle des adhérents est tout aussi important, car ce sont eux qui fournissent les éléments techniques permettant la préparation d’argumentaires destinés aux pouvoirs publics. Ils partagent également leur réseau économique et politique et relaient les messages de notre organisation auprès de leurs élus.

L’Ameublement français mène, sous la responsabilité de sa déléguée générale Cathy Dufour, un lobbying actif, de nature offensive, qui porte un ou plusieurs projets, à travers des amendements, des projets de décrets et autres propositions de loi. Elle mène également un lobbying défensif, qui consiste dans un premier temps à repérer toutes les « agressions » que subissent les industriels de l’ameublement, et dans un deuxième temps, de riposter en préparant des réponses argumentées et graduées.

 

Télécharger la présentation de l'Unifa : PDF iconPresentationUnifa2016.pdf

 

Les objectifs pour le syndicat de Dominique Weber, Président de l'Ameublement français

Avec l’aide du Conseil d’administration, mon premier objectif en tant que Président de l'Ameublement français a été de redonner de la puissance à la parole du syndicat.

Spontanément, je pense au travail remarquable qui a été réalisé auprès des plus grands décideurs de l’Etat pendant le combat pour libérer l’épargne des Français en faveur des dépenses d’ameublement. Au final, certes, notre proposition n’a pas été intégrée à la Loi Macron. Mais les parlementaires ont enfin pris conscience de l’enjeu économique et social de notre filière. Ces nombreux contacts à très haut niveau nous sont in fine favorables.

 

Mon deuxième objectif est d’apporter des services performants aux adhérents.

Le message des industriels est clair : nous n’avons pas le temps d’avoir à comprendre qui fait quoi. Ils ont des besoins, ils ont des idées, ils ont des projets. A l’Ameublement français et l’ensemble de son écosystème à Paris et dans nos régions de se mobiliser pour apporter l’expertise et les moyens utiles.  Avec le Bureau et les administrateurs qui m’entourent, un travail déjà important, qui a associé tout notre environnement, avec le département Export My Furniture is French, le VIA, les AFPIA et le PLAB, a été accompli en très peu de temps.

 

Troisième objectif enfin, élaborer la vision prospective.

Pour les industriels de l’Ameublement français, le climat des affaires est des plus difficiles. Il faut faire face à la pression fiscale et réglementaire, composer avec les acteurs de la distribution qui sont, eux aussi, en proie à des difficultés, et s’adapter à un marché en profonde mutation. Il nous appartient d’analyser ces tendances de fond et de proposer une action collective puissante aux chefs d’entreprise.

 

La naissance de « l’Ameublement français ».

A la fois un signe de ralliement et un cri de guerre : pour retrouver l’enthousiasme, nous allons jouer collectif. Nous savons que c’est ensemble que nous réussirons la transformation de notre business model.

Logo l'Ameublement français

 

Les industriels de l’ameublement peuvent donc nourrir de belles ambitions pour l’avenir de la filière.

L’Ameublement français est avec eux au quotidien pour réussir aujourd'hui et préparer demain. Pour êtres réalistes, ces ambitions doivent se conjuguer avec de la modestie et de la volonté. Nous savons que tous les industriels ne se développeront pas à l’international, que tous ne feront pas appel à des grands noms du design, mais chacun a son rôle, à son échelle, pour redynamiser le secteur.

Actualités

LANCER UNE RECHERCHE

L’Annuaire des Professionnels