images description

Espaces de bureau

Télétravail, coworking, open space... Les fabricants français de mobilier de bureau réinventent l'aménagement des espaces de travail et anticipent les nouveaux usages pour offrir aux utilisateurs les meilleures conditions de travail en termes d'efficacité et de bien-être. 

Les industriels du mobilier destiné à l'aménagement des espaces de travail des entreprises et collectivités, membres de l’Union nationale des industries de l'Ameublement français, représentent près de 70 % du marché français du mobilier de bureau qui s'élève, en 2015, à près d'un milliard d'euros, soit :

  • 100 entreprises qui produisent en France et en Europe le mobilier pour les espaces de travail sur le marché français et international,
  • 1000 entreprises qui distribuent et installent en France et à l'international le mobilier pour les espaces de travail,
  • 50 usines de production en France,
  • 20 000 salariés qui travaillent en France sur ce marché.

 

Le marché français du mobilier de bureau a connu une forte hausse en 2015

Alors qu’en 2014, le marché français du mobilier de bureau a reculé de ‑ 1 %, la contraction du marché s’est atténuée par rapport aux années précédentes : - 5 % en 2013 et - 3 % en 2012. Le marché français a connu un rebond sur le dernier trimestre 2014 (source DAFSA pour le compte de l’UNIFA, Union nationale des Industries françaises de l’ameublement ). En 2015, le premier semestre renoue avec la croissance, puisque les facturations des industriels sur la France ont progressé de +12,1 %, et + 10 % en cumul fin 2015. En revanche, la grande distribution souffre toujours avec un cumul des facturations à fin juin 2015 de - 5,2 %. Après une légère diminution de - 3 % en 2014, les exportations sont reparties avec une forte hausse de + 31,4 %, en cumul, à la fin du mois de juin 2015.

Ce sont les fabricants français qui ont le mieux résisté en 2014 sur le marché français. Les fabricants étrangers ont fait moins bien que le marché, en terminant l’année 2014 à - 2 %. Les produits achetés directement à l’étranger par les distributeurs indépendants - qui représentent 22 % de l’ensemble des facturations des distributeurs sur le marché français -  ont baissé en  2014 de - 3 %.

La vente directe par les fabricants, impactée par la baisse des investissements des grandes entreprises, a enregistré en 2014 une baisse de - 2 %. Les revendeurs s’en sont mieux sortis (0 %) mais ils ont du faire face à une concurrence de plus en plus dure, venant notamment d’Internet. La consolidation des entreprises de distribution n’est pas encore engagée, et malgré la disparition en 2014 de près d’une vingtaine de sociétés de distribution de mobilier de bureau, les revendeurs estiment être encore trop nombreux sur leur zone de chalandise. La baisse des ventes de mobilier de bureau de la grande distribution se poursuit (- 3 % en 2014). En outre, l’ameublement domestique n’est quasiment plus présent sur le marché professionnel du mobilier de bureau :  6 % en 2013, alors que sa part de marché avait atteint 11 % en 2005. Les difficultés rencontrées par les TPE et travailleurs indépendants, qui sont la principale clientèle des circuits de distribution de mobilier domestique, ont incité les opérateurs à se recentrer sur leur activité d’origine. C’est ainsi que l’ameublement domestique se désengage de plus en plus du mobilier de bureau, pour s’orienter vers la décoration.
 
 
La prime aux circuits professionnels 
 
Afin de compenser la baisse des investissements des grands comptes privés, les revendeurs indépendants ont progressé auprès des entreprises de taille modeste, abandonnées par la distribution domestique, et ont mieux résisté que les autres canaux de distribution en n’enregistrant pas de baisse. Après avoir été tenté par l’achat de mobilier dans des circuits de distribution non spécialisés s’approvisionnant dans des pays à bas coût de main d’œuvre, et pratiquant des prix bas, les entreprises ont changé de politique d’achat  et ont décidé d’investir dans l’aménagement et le mobilier professionnel. Ce qui a pour conséquence un recentrage des achats de mobilier de bureaux vers les circuits professionnels, et notamment les revendeurs. 
 
 
Les produits destinés à l’accueil et aux espaces collaboratifs soutiennent le marché 
 
Le mobilier de bureau, ce n'est pas seulement le poste et le siège de travail. Face à la diversité des espaces de travail observés aujourd'hui dans les entreprises, les fabricants français de mobilier de bureau ont adapté leur offre. Ainsi, les gammes dédiées aux espaces d’accueil et aux espaces collaboratifs/informels de travail (soft seating, box, banques d’accueil, tables, claustras, produits à forte valeur technologique...) ont vu en 2014 leurs ventes augmenter de + 7 %, ce qui confirme la progression dans les entreprises des espaces de travail collaboratifs. Les tables de réunion et de conférence ont progressé de 5 %. Les rangements de proximité, ainsi que les cloisons, ont enregistré également de bonnes performances (+ 4 %). A noter qu’il s’agit de cloisons simples, non porteuses et non connectées, les spécialistes cloisons, davantage centrés sur les cloisons sol plafond, étant exclus du champ de l’étude DAFSA. Cette hausse du soft seating, des tables de réunion, des rangements de proximité, et des cloisons, est à rapprocher du modèle désormais majoritaire d’implantation des bureaux, à savoir les bureaux partagés. A l’opposé, les ventes de caissons en bois et les plans de travail fixes ont diminué en 2014  de - 8 %, et les vestiaires tertiaires de 5 %.
 
 
Un marché reparti à la hausse en 2015
 
Bien que fragilisé par la faiblesse de l’immobilier de bureau et les difficultés sur le marché de l’emploi, le marché français du mobilier de bureau semble bénéficier en 2015 du retour de la croissance. Sur les 6 premiers mois de 2015, les fabricants de mobilier de bureau ont enregistré une forte hausse de leurs facturations sur le marché intérieur (+ 12,1 %). Le consensus forecast réalisé entre janvier et mars 2015 témoigne d’un regain d’optimisme au sein des professionnels, qui s’attendent à une légère reprise du marché en 2015 (+ 1 %), et qui restent confiants sur les perspectives de croissance de leur société (+ 6 % attendu pour les fabricants et + 3 % pour les revendeurs). En  France, en 2014, les  surfaces  de  bureaux  mises  en  chantier  ont  diminué  de - 17 %. L’évolution du PIB en France pour 2015, est estimée autour de + 1 % (de + 0,9 % à + 1,2 % selon les sources. Au niveau international, les prévisions d’évolution du PIB en 2015  sont de + 1,2 % pour la zone Euro et de + 3,6 % pour les Etats-Unis, selon le FMI.Selon l’UNEDIC, en 2015, le nombre d’emplois affiliés à l’assurance chômage diminuerait légèrement ( – 0,3 %) tandis que l’emploi total se stabiliserait.
 
 
Les marques françaises maîtrisent leur marché intérieur
 
Les marques françaises continuent de s’imposer sur le marché français du mobilier de bureau : sur les 10 premiers fabricants sur le marché français du mobilier de bureau, 7 ont  des usines sur le territoire français. 
 
TOP 10 – Fabricants français et étrangers*
1. STEELCASE 
2. MAJENCIA
3. SOKOA/EUROSIT
4. HAWORTH   
5. EOL EUROPEAN OFFICE LOG
6. CLEN
7. KINNARPS
8. BURONOMIC
9. NOWY STYL
10. VITRA 
*Source DAFSA/UNIFA  

 

Les industriels du mobilier de bureau se mobilisent pour une meilleure qualité de l’aménagement des espaces de travail

Maillon essentiel de la chaîne de valeur de l’activité tertiaire en France, la profession de l’aménagement et du mobilier de bureau se mobilise contre la dégradation des équilibres commerciaux. 22 signataires*, tous adhérents de l’Unifa, représentant 70 % du marché, ont signé en 2015 une charte de relations commerciales éthiques et responsables. L'objectif ? Un engagement mutuel entre donneurs d’ordre et professionnels du mobilier de bureau au service du bien-être des salariés, de la performance et la pérennité des entreprises. 

 

Professionnels du mobilier de bureau : 10 engagements en faveur de la qualité de vie au travail

Les 22 signataires, fabricants, éditeurs ou distributeurs de mobilier de bureau s’engagent auprès des entreprises sur neuf principes clés pour le bien-être de leurs salariés et le respect de l’environnement :

1.DÉCRYPTER et anticiper l’évolution des modes de travail, en démontrant l’impact de l’aménagement des espaces de bureau sur la performance des salariés et sur leur bien-être, grâce à Actineo, l’Observatoire de la Qualité de vie au bureau, dont nous sommes membres actifs
2. INNOVER et adapter en permanence notre offre en termes de conseils, produits et services, pour répondre aux besoins de nos clients et aux attentes des utilisateurs
3. CONCEVOIR des produits durables et écoresponsables, intégrant l’ergonomie et le design
4. METTRE EN OEUVRE les normes nationales et européennes en vigueur et participer à leur évolution
5. FABRIQUER en France et en Europe et pérenniser nos emplois et nos compétences
6. GARANTIR nos produits et en assurer la traçabilité avec un système de management de la qualité et un service après-vente performant
7. INVESTIR dans des show-rooms et espaces de présentation innovants et représentatifs de l’évolution des modes de travail
8. RESPECTER les règles strictes d’éthique interdisant toute forme active ou passive de corruption et ne pas recourir au versement de commissions 
9. ASSURER une logistique et un service d’installation adaptés aux besoins de chaque client
10. PROPOSER un service de collecte du mobilier en fin de vie, afin de le valoriser et de le recycler à travers Valdelia, l’éco-organisme de la filière, dont nous sommes les fondateurs et adhérents

 

Entreprises et autres donneurs d’ordre : 9 règles à adopter pour des relations commerciales plus équilibrées

En contrepartie, les signataires attendent un comportement plus respectueux et responsable de la part des donneurs d’ordre. Ils les interpellent et leur demandent de s’engager sur les règles suivantes :

1. RENONCER à toute forme d’enchères inversées et adopter une politique d’achat responsable avec négociation confidentielle du prix final et définitif
2. PRÉVOIR un délai de réponse aux appels d’offres de 4 semaines ouvrées minimum
3. RESPECTER le principe de la stricte confidentialité des offres commerciales, financières et techniques et de tous les documents relatifs au soumissionnaire 
4. FIXER une durée de maintien des prix d’un marché, à un an maximum, à compter de la date de notification du marché et, au-delà, appliquer la formule de révision des prix préconisée par l’Unifa
5. LIMITER les études d’implantation à titre gracieux, à un échantillon représentatif plafonné à 10 % du nombre de postes concernés et dans la limite de deux versions. Au-delà de ces seuils, les prestations seront rémunérées
6. PRIVILÉGIER les visites des show-rooms des soumissionnaires et réserver les cellules de démonstration aux projets de plus de 100 postes de travail et à une sélection de 3 candidats maximum, présélectionnés par lot, avec un délai minimum de mise en œuvre de 3 semaines
7. RÉDUIRE le coût des cellules de démonstration à 1% maximum de la valeur du projet avec un plafond de 10 000 € pour chacun des 3 soumissionnaires et indemniser tout dépassement au prix de la soumission. Les soumissionnaires non retenus seront dédommagés à hauteur de 50% du montant de la cellule présentée (base de la valeur soumission)
8. CALCULER, en cas de retard de livraison imputable au fournisseur, les éventuelles pénalités de retard, en pourcentage maximum de la valeur des produits manquants, selon la grille de pénalités de retard préconisée par l’Unifa. A contrario, en cas de retard de livraison imputable au donneur d’ordre, les surcoûts dûment justifiés seront indemnisés 
9. APPLIQUER les dispositions de la loi de modernisation de l’économie en matière de délais de paiement, en s’abstenant de toutes pratiques déformant l’esprit de la loi. Dans le cas où ces délais ne seraient pas respectés, les pénalités de retard et l’indemnité forfaitaire de recouvrement sont dues de plein droit

 

*Les 22 membres fondateurs signataires de la charte : Bene, Bisley, Burocean, Buronomic, Cider, Clen, Dauphin, Eurosit, Gautier Office, Haworth, Herman Miller, Jec, Kinnarps, Majencia, Materic, MBA, Navailles, Nowy Styl, Sedus, Sokoa, Steelcase, Vitra.

 

ACTINEO est l’observatoire de la qualité de vie au bureau

Lancé en 2005, son objectif est d'inciter les dirigeants à se servir de l'espace de travail comme levier de performance mais aussi comme source de bien être pour leurs collaborateurs. Car l'aménagement des espaces de bureau est une des composantes essentielles de la qualité de vie au bureau ! On ne peut « gérer » que ce que l’on peut mesurer ! Pour appréhender l'aménagement et le mobilier de bureau comme un outil de management à part entière, il convient de pouvoir en analyser l’usage et d’en mesurer les effets. C’est l’autre objectif ambitieux que s’est assigné ACTINEO, afin d’offrir aux chefs d’entreprise des clés rationnelles pour gérer cet investissement de production et d’image que représente l'aménagement des bureaux pour l’entreprise. Véritable outil d’aide à la décision stratégique en matière d’organisation des espaces de bureau, ACTINEO met à la disposition des entreprises, via son site Internet, des conseils, des indicateurs, des témoignages et des illustrations de cas d’aménagements de bureaux. 

 

Les 3 missions d'ACTINEO

Observer - Analyser et comprendre pour avoir tous les éclairages possibles sur le sujet de la qualité de vie au bureau grâce au baromètre ACTINEO (TNS/Sofrès 2005 - Sociovision 2007 - TNS/Sofrès 2011 - CSA 2013 - CSA Europe 2014 - CSA 2015), à la rubrique Bonnes pratiques et à la veille sur le site (à ce jour 200 études scientifiques en ligne).

Décrypter - Analyser les bonnes pratiques des entreprises et expliquer de façon didactique les expériences réussies d’investissement dans l’aménagement des espaces de travail : 3 Ateliers en collaboration avec Anvie (2004/2005/2006), 3 Visites d’entreprises (2006), un colloque à la Cité de l’Architecture (2007), 13 Rencontres ACTINEO (2008/2009/2010/2012/2016), 30 reportages et 40 interviews sur le site Internet.

Communiquer - Rassembler sur une seule plateforme toutes les informations qui traitent de la qualité de vie au bureau, pour nourrir la réflexion et faciliter les prises de décision dans le domaine au sein des entreprises : newsletters ACTINEO, site Internet, relations presse.

 

Un baromètre biennal pour mesurer la qualité de vie au bureau

Actineo est à l’initiative d’un baromètre réalisé avec CSA auprès de 1 200 actifs sur la qualité de la vie au bureau : Quelles sont les grandes caractéristiques de notre espace de travail aujourd’hui ? Que pensent les actifs de leur environnement de travail ? Sont‑ils satisfaits de leurs équipements, de leurs espaces, de la façon dont leur entreprise prend en compte ce sujet ? Quelle est l’appétence pour les nouvelles formes de travail ? Autant de réponses que nous apporte l'enquête 2015, et dont les résultats sont mis en perspective avec les éditions 2013 et 2011.

Riche de ces enseignements, l’observatoire a publié un ouvrage intitulé « Performance au travail : et si tout commençait par vos bureaux ? » qu’il a diffusé auprès de différents décideurs (ministres, parlementaires) et leaders d’opinion (syndicats, think-tanks, journalistes).

 

Le site actineo.fr, une plateforme d'informations

Le site internet www.actineo.fr, véritable site éditorial de référence sur la qualité de vie au bureau, met à la disposition des internautes études, enquêtes, conseils et bonnes pratiques, veille réglementaire, témoignages et reportages, en donnant la parole à ceux qui contribuent aujourd’hui en France à la réflexion sur la qualité de vie au travail : ergonomes,sociologues, médecins, chercheurs en sciences sociales, experts en ressources humaines, en immobilier, prescripteurs, responsables d’entreprise...

Une newsletter est adressée chaque trimestre à 6 000 dirigeants, responsables immobilier, directeurs de l'environnement de travail, DRH, médecin du travail, CHSCT. Actineo est également actif sur Twitter, son profil : Twitter : @Actineo_fr.

Pour en savoir plus : www.actineo.fr

Présentation du Baromètre 2015

Actualités

LANCER UNE RECHERCHE

L’Annuaire des Professionnels

Onglets principaux