images description

Espaces urbains

Les professionnels du mobilier urbain participent à l’équipement des espaces publics. Ils mobilisent une diversité d’acteurs dans le but d’offrir aux habitants un cadre de vie plus harmonieux, accessible et fonctionnel.

Le mobilier urbain recouvre l’ensemble des éléments qui participent à l’équipement de l’espace public : bancs et chaises, bornes et poteaux, fontaines, toilettes publiques, cabines téléphoniques, abris voyageurs, supports d’informations publicitaires, éléments d’éclairage, aires de jeux pour enfants, qui tous sont destinés au confort des citoyens et dépendants des services que la municipalité souhaite leur offrir. Facteur identitaire d’une ville, il doit faire l’objet de la plus grande attention car il est prépondérant pour les usagers.

 

La place du mobilier urbain dans la ville

Aujourd'hui, 50 % de la population mondiale vit en ville. Un nombre qui va augmenter jusqu'à 66 % en 2050. En France, 90 % de la populationest rassemblée sur 20 % du territoire. En 2025, la planète comptera 37 mégalopoles dont la population sera supérieure à 10 millions d'habitants. 

Le choix du mobilier urbain est donc de plus en plus un challenge pour les municipalités qui ont le souci de mettre à disposition de leurs habitants, un cadre de vie plus harmonieux et plus fonctionnel. En ville, chacun devrait pouvoir s'asseoir, se poser, être connecté, avoir des repère signalétiques, utiliser des toilettes publiques... tout cela sans obstacles ni barrières. Au delà des solutions qu'apportent les plans d'urbanisme, l'architecture, les transports les services ou les nouveaux modes de communication, le mobilier urbain contribue à créer du lien dans la ville. Si l'on considère la ville comme un lieu de vie, la question de l'aménagement des lieux publics (rue, places, jardins et parcs, gares) devient cruciale dans la mesure où il améliore la qualité de vie des habitants et valorise l'image de la cité. Le mobilier urbain doit donc être traité avec soin lors de la conception des projets d’aménagement de l’espace public urbain.

 

 

Designers, architectes et industriels conçoivent les équipements urbains comme des outils d’intégration facilitant la vie quotidienne des citadins, tout en les incitant à se rencontrer, à s’informer et à découvrir l’espace architectural sous un angle nouveau. La qualité d’usage, les impératifs de sécurité et d’accessibilité, la durabilité des mobiliers mais également leur maintenance et entretien sont autant de critères qu'ils doivent prendre en compte.

 

Des problématiques de notre époque

Soumis aux intempéries et agressions de toutes sortes, le mobilier « de la rue » doit être à la fois durable, robuste, sécurisé, accessible. Les finitions et revêtements doivent s’adapterà ces contraintes spécifiques : produits anti-adhérants, anti-tags, anti-bactériens… Traiter le mobilier urbain uniquement sous l'aspect esthétique serait réducteur. Ainsi, pour être efficaces, les solutions apportées doivent tenir compte des problématiques de l'époque. Elles peuvent être d'origine sociologique, notamment en ce qui concerne la gestion des flux de population et l'amélioration de la qualité de vie citadine, fonctionnel, selon les nouveaux usages qui en sont faits ou culturel, par l'exploitation de valeurs identitaires locales. Par exemple, la possibilité de s'asseoir en ville est une nécessité pour des habitants qui vivent de plus en plus vieux et qui ont besoin de s'arrêter dans leurs cheminements.

Comme dans la plupart des autres secteurs, répondre aux contraintes environnementales devient là aussi incontournable, plus particulièrement en ce qui concerne le respect et la préservation de l'environnement, qu'il s'agisse de l'intégration dans l'histoire de la ville, de la collecte des déchets ou des économies d'énergie. L’éco-conception passe par la prise en compte du cycle de vie du produit depuis l’extraction des matières premières jusqu’à sa fin de vie. Le banc plus particulièrement doit faire partie d'une politique d'ensemble des déplacement à pied dans la ville. Il est incontournable dans une politique de développement des modes de circulation doux et non polluants.

Enfin, la fabrication, la mise en œuvre et la maintenance du mobilier urbain font l’objet d’une réglementation, gage de qualité et de sécurité pour tous les usagers. La Commission française de normalisation "Mobilier urbain d'ambiance et de propreté" composée d'un panel d'usagers, d'administrations, de syndicats, de fabricants et portés par le BNBA (Bureau de normalisation du bois et de l'ameublement) sous mandat AFNOR (Association française de normalisation) ont-ils permis de publier, après révision, deux normes essentielles sur les mobiliers d'assises (NF P99-610) et sur la maintenance (NF P99-650).

 

Découvrez le document sur l'écholocation du mobilier urbain : PDF iconmobilier_urbain_-_echolocation_-_rapp_provis_25062015.pdf

Découvrez le document sur l'accessibilité - Bornes et potelets : PDF iconpromu-accessibilite-bornes-et-potelets.pdf

 

Les acteurs du secteur 

Le 7 juillet 2015, les professionnels du mobilier urbain se sont rassemblés sous la bannière de l'Ameublement français. Aujourd'hui, les 21 membres du Groupement PROMU (Professionnels du Mobilier Urbain) de UNIFA (Union Nationale des Industries Françaises de l'Ameublement) représentent la grande majorité des acteurs du marché français du mobilier urbain fonctionnel, soit un chiffre d'affaires de plus de 100 millions d'euros. Les objectifs de ce groupemen sont de :

  • Favoriser le dialogue et le respect de valeurs entre ses adhérents.
  • Représenter ses membres auprès des pouvoirs publics, des partenaires institutionnels et des autres irganismes professionnels.
  • Participer aux évolutions de la normalisation, de la réglementation technique et des textes législatifs.
  • Etudier le marché de l'équipement urbain, valoriser ses acteurs, favoriser ses développement durable et anticiper son évolution.

Le programme de travail de l'année 2016 suit celui du 4e projet sectoriel de l'Ameublement français et s'articule plus particulièrement autour des thèmes suivants :

  • Développement durable,
  • Normalisation, accessibilité et sécurité,
  • Propriété intellectuelle,
  • Législation.

 

Découvrez le "Manifeste pour la Protection de la Création du Mobilier Urbain" : PDF iconpromu-manifestecreation.pdf

Découvrez le document "Mobilier Urbain : Choisissez librement un modèle déposé" : PDF iconpromu-choisissezlibrement.pdf
 
 

 

Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire du mobilier urbain, le banc public en est incontestablement le premier élément, avec une double fonction indissociable : offrir un instant de pose pour les passants et créer du lien social, puisqu'on s'y assoit à plusieurs. Il contribue également à embellir l'espace public. Ces multiples aspects suggèrent l'idée que le banc devrait être un service aux habitants, et donc pourquoi pas, un service public.

 

Petite histoire du banc 

Les connaissances de l’histoire urbaine nous rappellent que les bancs de façade existaient dès l’Antiquité : des bancs de pierre, adossés aux bâtiments, étaient disposés des deux côtés des portes des maisons. Mais c’est dans la première moitié du XIXe siècle que les bancs, mobiliers indépendants mais fixés au sol, contribuent à l’aménagement des boulevards des grandes villes européennes, là où, auparavant et selon les besoins, des loueurs de chaises proposaient leurs services sur ces boulevards. Avec l’installation des bancs publics, la possibilité de s’asseoir s’impose comme une amélioration du mode de vie dans les grandes villes. 

 
Le banc dans la ville
 
Dans le mobilier urbain, ce que nous considérons comme banc doit répondre à des demandes spécifiques : se poser durant un parcours, faire une pause déjeuner, même oublier ses affaires, attendre le bus, contempler le paysage ou encore installer sa maison dans la rue même, dernier recours de l’errance. Disposé judicieusement, il permet tout et propose un service sans limite de durée. Il invite à s’installer, il suggère l’hospitalité ; il offre une halte pour le corps fatigué, un arrêt pour la personne à mobilité réduite, une pause pour la personne âgée à laquelle il permet de sortir de chez elle et de voir du monde, un refuge pour les amoureux, un terrain de jeux pour les adolescents qui traînent dans la ville ou un repère pour les mères de famille.
 
Confortables (pour les personnes âgées, des bancs avec des accoudoirs sont quelquefois proposés), entretenus et sûrs, les bancs sont un objet de plaisir et permettent de s’asseoir pour contempler la vie ou la lumière de la ville, ils sont un lieu du temps de vivre, du repos. Le banc cristallise la rencontre entre les personnes, il est un repère familier et parfois quotidien, un point fixe pour les rendez-vous… La force du banc n’est-elle pas d’abord d’être un outil du partage, loin de l’individualisme sous toutes ses formes, en contradiction avec la qualité de la vie dans la ville ? Refuge pour le désespéré, le banc offre un service inestimable aux clochards et aux voyageurs sans domicile. 
 
Ce mobilier est fixé et ancré dans l'espace public. Il est un support physique qui symbolise le partage de l'espace public entre les personnes, entre les assis et les debout, entre les mobiles et les posés, entre ceux qui cherchent l'utilité et les rêveurs.
 
 
Car le banc est et restera toujours un sujet de poésie...
 
"Il a suffit d'un banc pour que ta main me touche, il a suffi d'un banc pour que nos coeurs s'étreignent..."
(Louis Aragon : Les yeux d'Elsa, Paris, 1942)
 
 
Retrouvez en ligne l'ouvrage intégral "Bancs de service public" de Jean-Paul Blais et Gérard Laizé, publié par l'Ameublement français.

Actualités

Showroom
LANCER UNE RECHERCHE

L’Annuaire des Professionnels

Onglets principaux