Macro-économie : le commerce extérieur de la France

ÉconomieInternational Publié le par Audrey Michel
PARTAGER :
 
Le Groupe des exportateurs de l'Ameublement français (GEM) accompagne les entreprises dans la reconquête des marchés européens et vers les zones où la croissance est soutenue, telles que l’Asie, le continent nord-américain et certains pays du moyen-orient.
 
Retrouvez sur cette page un éclairage des résultats du commerce extérieur de la France, proposé par le département des statistiques et des études économiques de la Direction générale des douanes et droits indirects. 
 
Février 2018 : En dépit d’un repli, la tendance reste positive pour les exportations
 
La diminution des exportations, qui reste limitée, tient essentiellement à quelques replis conjoncturels. Les livraisons de produits chimiques et de matériels électriques et de téléphonie, qui s’étaient amplifiées ces derniers mois, sont les premières concernées. La tendance demeure globalement plus ferme pour les ventes d’autres produits industriels, notamment grâce au soutien des livraisons de matériels de transport. De leur côté, les importations marquent plus nettement le pas du fait d’une importante contraction des approvisionnements aéronautiques.
Le déficit se réduit légèrement en février : 5,2 milliards, contre 5,4 milliards en janvier. Les exportations diminuent à nouveau (-0,9 % après -4,1 %), tandis que les importations effacent leur gain du mois dernier (-1,4 % après +1,0 %). Le déficit cumulé des douze derniers mois atteint 60,2 milliards d’euros, contre 62,5 milliards pour l’année 2017.
 
Le solde commercial s’améliore sensiblement vis-à-vis de l’Asie (moindres achats de biens de consommation courante et de matériels de transport) et de l’Afrique (relance des livraisons aéronautiques). Avec l’UE l’amélioration tient à une diminution des achats plus prononcée que celle des ventes. Le déficit se creuse en revanche nettement avec les partenaires de l’Europe hors UE du fait d’une nette contraction des ventes (aéronautique, pharmacie, chimie et produits pétroliers raffinés) et d’une hausse plus légère des achats (hydrocarbures naturels, bijouterie et produits sidérurgiques).
 
Télécharger le bulletin complet de Février 2018 :Icône PDF cadrage_et_tendances_-_309_-_fevrier_2018.pdf
 
meubles echanges annuels ventilation exportation
 
· Produits manufacturés divers (CM)
Les échanges fléchissent en ce début d’année, de façon plus marquée ce mois-ci à l’exportation, ce qui creuse le déficit. Le repli des ventes affecte principalement les instruments à usage médical optique et dentaire, après le contrecoup de ventes à haut niveau aux Etats-Unis en janvier, et les articles de bijouterie et joaillerie à la Suisse. Sans un rebond des approvisionnements en produits de la bijouterie à la Suisse, le repli des importations aurait été comparable à celui des exportations : les achats sont en effet en sensible repli pour les meubles (pays de l’UE) et les jeux et jouets (République tchèque et Allemagne).
 
donnees mensuelles meubles fevrier 2018
 
 
Janvier 2018 : Retour à une déficit plus commun 
 
commerce-exterieur-janvier-2018-produits-manufactures-meubles
Le reflux des exportations, combiné à une hausse des importations, ramène le déficit à son niveau de novembre 2017 (-5,6 milliards). Au-delà des très forts aléas conjoncturels, notamment liés aux ventes de l’industrie aéronautique, les exportations s’inscrivent cependant toujours dans une tendance croissante initiée début 2017. La hausse des importations tient, ce mois-ci, à un rebond des approvisionnements en produits de l’industrie manufacturière et au renchérissement de la facture énergétique. Peu de branches industrielles civiles voient leur balance commerciale s’améliorer.
 
La balance commerciale se détériore tout particulièrement vis-à-vis de l’Asie (baisse des livraisons aéronautiques et progression des achats de biens de consommation) et du Proche et Moyen-Orient (moindres livraisons aéronautiques et pic des approvisionnements énergétiques). Avec l’Afrique, la détérioration, également marquée, se traduit par l’apparition d’un déficit. Une hausse des achats énergétiques se combine, pour cette zone également, à une chute des ventes (aéronautique, chimie/pharmacie). Enfin, avec l’Amérique, la contraction de l’excédent tient uniquement au repli des livraisons aéronautiques. Les balances commerciales s’améliorent en revanche vis-à-vis de l’Europe hors UE (reflux des approvisionnements énergétiques) et de l’UE (progression des ventes un peu supérieure à celle des achats).
 
Télécharger le bulletin complet de Janvier 2018 : Icône PDF cadrage_et_tendances_-_308_-_janvier_2018.pdf
 
commerce-exterieur-janvier-2018-industrie-manufacturierecommerce-exterieur-janvier-2018-produits-manufactures
 
 
Bilan de l'année 2017
Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, présentait, le 7 février au Quai d’Orsay à Paris, le triste bilan 2017 du commerce extérieur français, dont le déficit commercial est reparti à la hausse, la belle embellie des échanges de services n’ayant pu endiguer la dégradation des échanges de biens. Le trou s’établit à -38,3 milliards d’euros (Mds EUR) pour les échanges de biens et services en 2017, en hausse de 42,9 % par rapport à l’année 2016 (-26,8 Mds EUR). Mais ce bilan est clairement plombé par un plongeon de 28,9 % du déficit des échanges de biens, à -62,3 milliards EUR (-48,3 Mds EUR en 2016), symptôme de la grande faiblesse de l'industrie manufacturière. Car pour sa part, le solde des échanges de services est redevenu nettement positif à +5,4 Mds EUR (0,0 Md EUR en 2016), grâce, notamment, au redémarrage du tourisme.
 
Seuls éléments positifs dans le panorama global : une part de marché dans les exportations mondiales qui continuerait à être stable, à 3,5 % pour les biens et services (3,1 % pour les seuls biens) et un nombre d’entreprises exportatrices tout aussi stabilisé à 124 057, soit un nombre quasi similaire à celui de 2016. Dans le détail, les importations de biens et services ont progressé plus vite que les exportations : + 6,1 % pour les premières, à 740,8 Mds EUR, contre + 4,7 % pour les secondes, à 702,4 Mds EUR. L’excédent du négoce international est demeuré à un haut niveau – 21,9 Mds EUR - malgré un léger repli de 1,5 %. Le tableau est bien différent pour les échanges de biens : les importations, portées par la reprise de la consommation intérieure et des investissements, bondissent de quelque 6,8 %, à 535 Mds EUR, coiffant sur le poteau de quelques longueurs des exportations pourtant en hausse de + 4,5 %, à 473,2 Mds EUR.
 
soldes_commerciaux_depuis_2014_par_type_produitsEn 2017, le solde commercial FAB/FAB s'alourdit et passe à -62.3 milliards, après -48.3 milliards en 2016. Cette dégradation s'explique majoritairement par celle de la facture énergétique : après quatre années consécutives de baisse, elle repart à la hausse. De plus, le déficit manufacturier se creuse de nouveau, en raison d'une nette reprise des achats de biens intermédiaires, sous l'effet de l'accélération de l'activité économique. Cette année se caractérise par le dynamisme des échanges commerciaux avec une progression de 4.5% des exportations et de 6.8% des importations. Cette croissance concerne notamment les biens intermédiaires, l'automobile et l'agroalimentaire.
 
Le solde manufacturier français se dégrade plus que celui des voisins européens en 2017. En effet, le solde manufacturier se redresse nettement en Allemagne, après un léger repli en 2016, tandis que les évolutions en Italie sont de très faible ampleur depuis 2 ans. L'Espagne voit néanmoins son solde manufacturier se dégrader en 2017, mais dans une moindre mesure.
commerce exterieur echanges 36 mois meubles produits manufactures
​              produits_manufactures_divers_meubles_bijoux_jeux_sport
 
Télécharger le bilan de l'année 2017 : Icône PDFannee_2017.pdf
 
commerce exterieur evolution trimestrielle produits manufactures
 
Décembre 2017 : Réduction du déficit, sursaut des ventes aéronautiques
Le déficit se réduit d'un peu plus de deux milliards pour s'établir à 3,5 milliards d'euros en décembre. Pour l'essentiel, cette réduction s'explique par l'amplification considérable de l'excédent aéronautique et spatial, sous l'effet notamment du rebond des ventes aéronautiques qui ne vient qu'en partie effacer les faibles exportations du tout début d'année. Le déficit de décembre 2017, le plus bas de l'année, est comparable à celui observé en décembre 2016, date à laquelle les livraisons d'Airbus avaient été encore supérieures.
 
Peu de secteurs industriels civils voient leur balance commerciale se détériorer. Pour l'industrie automobile, un net rebond des ventes de pièces et équipements ne peut qu'atténuer l'effet d'une hausse sensible des approvisionnements en véhicules.
 
​Télécharger le bulletin complet de Décembre 2017 : Icône PDFcadrage_et_tendances_-_307_-_decembre_2017.pdf
 
commerce exterieur donnees mensuelles meublescommerce exterieur part meubles echanges globaux
Novembre 2017 : Fléchissement des échanges, plus marqué à l'exportation
Les échanges industriels reculent d'un même pas en novembre. Les baisses concernent principalement les produits pharmaceutiques et chimiques, et, à l'exportation uniquement, les matériels de transport (aéronautique et équipements automobiles).
 
Télécharger le bulletin complet de Novembre 2017 :Icône PDFchiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg306_novembre_2017.pdf
 
 
Télécharger le bulletin complet d'Octobre 2017 : Icône PDFchiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg305_octobre_2017.pdf
 
 
Troisième trimestre 2017
Les exportations poursuivent leur progression (+1,7 %) malgré le contrecoup des livraisons exceptionnelles de bateaux intervenues au trimestre précédent. Cela concerne notamment les biens d’équipement, qui profitent du dynamisme du commerce mondial, les produits de luxe (boissons, parfums) et les exportations agricoles, qui renouent avec la croissance à la faveur d’une bonne récolte céréalière. Les importations progressent également (+1,5 %), en lien avec la bonne tenue de l’activité manufacturière (aéronautique, machines, biens intermédiaires) mais également grâce à l’accroissement de la consommation des ménages (agroalimentaire, informatique, véhicules). Seuls les échanges d’hydrocarbures et de la pharmacie reculent, tant à l’importation qu’à l’exportation. Ainsi, le solde commercial FAB-FAB se stabilise et s’établit à -14,5 milliards ce trimestre, comme au trimestre précédent.
 
Dynamisme des échanges de biens d’équipement
Au troisième trimestre, les exportations croissent mais ralentissent leur progression (+1,7 %, après +3,3 % au trimestre précédent), en raison notamment du contrecoup des livraisons de bateaux qui ont atteint des niveaux très élevés au trimestre précédent. Néanmoins, les autres produits manufacturés affichent de belles performances (véhicules, informatique, équipements électriques, IAA).
 
Télécharger le bulletin complet du 3e trimestre 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_bilan_trimestriel_2017.3t.pdf
 
Commerce exterieur - 3e trimestre 2017 - industrie_manufacturiere  Commerce exterieur - 3e trimestre 2017 - produits_manufactures_divers
 
Télécharger le bulletin complet de Septembre 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg304_septembre_2017.pdf
 
 
Août 2017 : Redressement du solde commercial
Après s’être creusé en juillet, le déficit se réduit nettement en août (4,5 milliards d’euros après 5,9 milliards le mois dernier). L’accélération des exportations se combine en effet à un reflux des importations, en contrecoup des très forts achats intervenus le mois dernier dans les industries aéronautique, spatiale et chimique. La hausse des ventes tient notamment à de meilleures livraisons aéronautiques et spatiales, mais la fermeté des exportations de produits agroalimentaires et de machines industrielles est également à signaler.
Le déficit se creuse cependant pour les produits manufacturés (bijoux, jouets, meubles...).
 
Télécharger le bulletin complet d'Août 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg303_aout_2017.pdf
 
Commerce Exterieur France Aout 2017 Produits manufactures Commerce Exterieur France Aout 2017 Industrie manufacturiere
 
Télécharger les graphiques détaillés d'Août 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg303_aout_2017_-_graphiques.pdf
 
Juillet 2017 : De fortes opérations à l’importation dégradent le solde commercial
Le déficit se creuse car les importations enregistrent une brusque poussée, alors que les exportations ne progressent que légèrement. L’ampleur de la hausse tient largement à de grands contrats des industries aéronautique (approvisionnements en turboréacteurs), spatiale (module pour satellite météo) et chimique (déstockage massif d’uranium enrichi et autres approvisionnements pour l’industrie nucléaire). Cependant les achats d’autres produits industriels (machines industrielles, biens intermédiaires) sont également en progression. Finalement, le déficit se creuse donc très nettement : 6,0 milliards d’euros en juillet après 4,9 milliards en juin.
 
La balance commerciale se dégrade fortement vis-à-vis de l’Asie, avec d’une part des achats en hausse (pétrole raffiné, biens de consommation courante) et, d’autre part, des livraisons d’Airbus moins élevées qu’en juin.
 
Télécharger le bulletin complet de Juillet 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg302_juillet_2017.pdf
 
Commerce Exterieur France Juillet 2017 Industrie manufacturiereCommerce Exterieur France Juillet 2017 Produits manufactures
 
Télécharger les graphiques détaillés de Juillet 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_cadrage_et_tendances_ndeg302_juillet_2017_-_graphiques.pdf
 
 
Au premier semestre 2017, la croissance des importations reste soutenue (+4,4 %, après +3,1 %). Le dynamisme des achats repose sur les produits industriels, notamment les biens intermédiaires, auxquels s’ajoute la vive croissance des approvisionnements énergétiques, suite à une nouvelle augmentation du prix du pétrole. Les exportations ralentissent leur rythme de croissance (+1,3 %, après +2,0 %). Les ventes de produits manufacturés augmentent quasiment pour tous les secteurs, à l’exception de l’aéronautique, en contrecoup des niveaux exceptionnels atteints fin 2016. En définitive, la détérioration du solde commercial de 8,1 milliards (soit -34,4 milliards au premier semestre 2017) s’explique à la fois par l’élargissement du déficit manufacturier et l’alourdissement de la facture énergétique. Le solde agricole reste négatif, en raison de la mauvaise récolte céréalière au cours de la campagne 2016/2017.
 
Télécharger le bilan du premier semestre 2017 : Icône PDF chiffres_commerce_exterieur_-_bilan_semestriel_2017.1s.pdf
 
 
Consulter le Portail des statistiques du commerce extérieur de marchandises de la France